The beach body ready thing

Ca fait plusieurs semaines à Londres qu’on est agressé par cette pub. Joie! La Advertising Standarts Authority semble avoir le même bon sens que moi: elle l’a bannie!
It’s been several weeks in London we’re aggressed by this ad. Gloria! It’s just been banned by the Advertising Standarts Authority! In Common Sens We Trust.
45775830-2510-465f-a8cb-bda9b5a82951-620x372

(Scroll down for english version)
“Are you beach body ready”, soit “est-ce que ton corps est prêt pour la plage”. Après m’être dit “Mais kesséksa” (je parle comme ça dans ma tête, mais tout va bien, rassurez-vous), je l’ai revue, puis revue, puis c’était comme si cette pub était tout partout. Agression visuelle et textuelle. Je me suis dit “Mais pourquoi vous venez me faire chier à me poser une question que je ne m’étais pas posée en trois décennies sur cette terre” et puis “Qu’est-ce que ça peut bien vous foutre” et enfin “Est-ce que ça intéresse vraiment quelqu’un?” Est-ce que, genre, en vivant dans un pays où il fait -8000 11 mois et demi de l’année (les deux autres semaines il fait -4000 à la cool détendu etc), t’as vraiment cru que si j’étais pas “beach fuckin body ready” j’allais m’interdire d’aller à la plage et de profiter des 30° promis par le dieu du mois d’août sur la côte Atlantique (je connais un endroit où on a le Gulf Stream mais chut)? Ne pas me mettre en maillot? Mais… Mais ça va pas bien dans ta tête à toi???
Et puis enfin, le temps de la réflexion: qu’est-ce que ça veut dire exactement être “beach body ready”? Dans mon cas, je serai “beach body ready” quand la pile de dossiers sur mon bureau aura diminuée, que les articles seront tous rendus, que les creative content seront bouclés et que je pourrais me faire oublier de mon boss et de mon équipe pendant deux semaines parce que je leur aurai bien tout préparé en amont avec des petits post-it partout sur les murs, envoyé un mail récap des choses à faire (et à pas faire, je suis une manager relou comme ça), et préparé le message d’absence sur mon mail pro qui dira: “Je suis en ce moment à la plage en train de me demander si ça fait déjà 2h ou pas que je me suis tartinée de SPF40 et si je dois changer de lunettes de soleil pour pas avoir la marque en rentrant pendant que toi t’es devant ton écran dans un bureau à la moquette moisie, life is a bitch, I know, but help yourself parce que si tu m’appelles tu vas entendre le bruit des vagues”.
Bref, rien à voir avec cette demoiselle qui doit certainement être très sympathique – ou pas – avec toutes ces petites pilules et son corps aussi anormalement proportionné qu’une poupée Barbie qui aurait en prime gobé tout Photoshop. Parce que voilà, être beach body ready, c’est avant tout avoir enfin l’esprit libre de toute contrainte autre que “Kesskonmange” et “Kesskonboi” (la question du “quand” ne se posant pas pour des raisons évidentes que je vous expliquerais peut-être depuis le Gulf Stream dans 2 mois et demi). Donc chère Madame, toi, tes petites pilules et ton bikini jaune poussin, t’es gentille, mais tu te casses.
A priori, je ne suis pas la seule à m’être fait cette réflexion. Après les lettres d’insultes, de menaces, les appels à manifester et la réception de 360 plaintes, la Advertising Standarts Authority a décidé de lancer une enquête et la advertising watchdog de bannir la campagne.
Un conseil à tous les accros du sports et de la fonte de graisse et autres afficionados du #NOPAINNOGAIN – qui devrait être interdit si seulement on avait un Ministère Mondial du Bon Sens (©moi) – sous prétexte qu’il FAUT un corps “parfait” sinon t’es considéré comme un paria de la société et t’as le droit de te petit suicider et puis c’est tout: faites marcher le premier muscle vital de votre corps. Non, ce n’est pas le quadriceps. Le triceps non plus. Faux, pas le fessier. Non, non. Je suis sympa, je vous aide. Vous le trouverez en haut, sous vos rajouts et votre brushing, derrière la rhinoplastie. Non, c’est bien au-dessus de votre nouvelle paire de seins. Voilà, au-dessus de votre dernière injection de botox, un peu après le lifting des paupières. C’est ça! Vous y êtes! Le C-E-R-V-E-A-U.
——
“Are you beach body ready”. That’s all over and over and over again. Everywhere. First, I was like “What the fuck is that” (I say quite often “fuck” it’s my english “merde”, so no offence). It was pure agression, visually and litterally. This girl standing like this, and all this yellow. Bright, too much brightness, and this harrassing question… Why on earth are you asking me that question, THE question I never wondered after three decades on this fucking earth? Uh? Why? And why do you want to know? And anyway, is anyone really interested in this? I mean, do you really think that, if I’m not “beach fucking body ready” I won’t go on the beach, wear a bikini, swim in the ocean and stay half naked (let’s say 3/4) with a temperature of 30° whereas I’m living 11months1/2 per year in a rainy city with crap temperatures? Really? Are you mad???
But then, it’s time for reflexion. What does it mean being “beach body ready”? For me, I’ll be “beach body ready”, when there’ll be half of the files less on my desk, when the creative contents will be done – or at least all well organised – and that I could leave the office, my boss and my team for two weeks after preparing them some post-it and reminders about what to do (and not do, I’m that kind of manager sorry) and also the automatic response of my email: “I’m actually wondering if it’s already 2hrs I applied my SPF40 or not and if I should change my shades for another shape to not have the mark on my face when I’ll be back whereas in the meantime you’re in front of your screen in an office with a crap carpet, life is a bitch, I know, but help yourself or if you call me you’re gonna hear the sound of the waves”.
Well, actually, nothing to do with that young lady, her magical pills, her yellow bikini and her body as abnormally proportionate as a Barbie who would have eaten all Photoshop. Being beach body ready, it is actually feeling free as a bird (sing the song also now you have it in your head, don’t thank me for that), having nothing else to think but “WhatToEat” and “WhatToDrink” in one word (never ask the “When” for obvious reasons I might potentially explain when I’ll be on the beach next time). So, Madam, you’re nice, but you, your pills and your bikini, get out.
Apparently, I’m not the only one thinking like this. After several letters of insults, threats, protests and 360 official complaints about the campain, the Advertising Standarts Authority has launched an inquiry and it’s been banned by the advertising watchdog.
To all the sports addicts just to lose weight and others afficionados of the #NOPAINNOGAIN – this hashtag should be banned if only there was a Universal Ministry of Common Sense (©me) – for all the “or you have a “beach body ready” or you can hide and die”, my advise is: work hard on your most vital muscle. No, it’s not the quadriceps. Neither the biceps. Nope. Almost. Ok, I’m nice, I help you. It’s right here, just under your extensions and blow dry, behind the rhinoplastry. Nooo, way upon your new boobs, come on. Yeah! Here, behind the last botox injection and your eye-shadows lifting. That’s it! Your B-R-A-I-N!

Advertisements

One thought on “The beach body ready thing

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s