Artists in London: Kayo Anosike – East London

Nouveau rendez-vous pour fêter l’arrivée du soleil! Au gré de mes péripéties londoniennes, j’ai la chance de rencontrer de nombreux artistes. Je vous les présente. La première à ouvrir le bal: Kayo Anosike, chanteuse, DJ et artiste.
New rendez-vous to celebrate the sunshine! I’m lucky enough to meet some artists in London and I’d like to introduce them to you. The first one: Kayo Anosike, singer, DJ and artist.
Kayo2

All pictures courtesy of Nahum Paul

(La version française est plus bas)

When you meet Kayo for the first time, the first thing you see is her smile. She’s always smiling. Not a surprise I’ve been introduced to her through a mutual friend during a Vibrant Night in that so-called cool place that is Shoreditch. She was spinning records that time, a soulful house music with African rhythms. Everyone who knows me can tell you that: I’m not into house music. However her music is rhythm, like the beating of your heart if you want. It’s really different and fully enjoyable – even if you’re as boring as me.

Is she just another DJ in that bloody underground London scene? No. First, there’s not enough female DJs to say that, but also because she’s a complete artist – which is quite different from the girls branding themselves as “I’m a model and also a DJ sometimes and I have a blog where you can see pics of me” and just plug their iPods and other guys explaining to you they are “a poet and a musician but I also know how to do cocktails so I’m a bartender”. She’s a true one. An artist.

Silk painter

Kayo1

All starts when she was a teenager. She’s painting on silk. She’s mixing African and Asian styles and the result is vibrant. “It was for expression, I had something in my head. It started in my 6th form. I enjoyed the medium so much that when I left the college I ordered equipment myself. It progressed with me”, she said.

“At first I was focused on the singing and then the DJing. One day, an Australian friend of mine was there and she told me “I never told you but I really like that painting. Where did you get it?” So I replied “I did it myself”. She said “HOLLY SHIT”. I did that one when my dad died. And so she told me “Just keep doing this”. I didn’t get the message very well obviously but then somebody else came around a week later, this really strong woman. She talked about my painting and she nearly chewed my head off. She was like “So you’re NOT doing it because of what?” So I told her I had my music and stuff, and she told me with her strong manners “But you’re not head of music anymore, you HAVE time now!”

Also painting helped her to overcome some family issues. “I listened to that strong woman and I started painting again. Then my mum’s got ill and I used the painting as a therapy. When I was coming back from the hospital I just got into somewhere else, and I was painting all night.”

London life

Music, as painting, is full part of her life we could say, but mostly, what is artistic is part of her life. Being a Londoner she is no stranger to that love for art. “London, it’s a cultural mix you will never have anywhere else in the world. I travelled a lot but when I come back here, it’s in my face, and I’ve been to NYC, New Orleans, Miami and so on.” Even with the gentrification, art is still all over the place. “The gentrification, this is going to happen because the scenes are changing, young people are changing. Sometimes, there’s respect for some buildings and façades, but notoriously mainly no” she said.

“We are in a place where we are witnesses seeing London changing in every way whether we like it or not. They are going to regentrify. Hackney is not how it used to be. In a way it’s good, because Hackney used to be really dodgy. If London stands the same it will crumble. If you think about it, and if you were here in the 70s and seen things changing, you would have been the same. Notting Hill and all those places were so down and it started to change. Things change, we are just witnessing things changing.”

Kayo3

In fact, London is quite like her, always moving on. “Artists will leave, and the vibe will be gone, and immediately we’ll be in another area cause we can’t afford to live here so the vibe will follow the artists. It’s very difficult to be an artist and live in London. That’s why you need to get a job – like me. England isn’t somewhere that it recognises art. It’s not Germany where they pay you for it and they pay you well. Here it’s more difficult. Creativity is always a battle.”

Quite true when you see what happened in the five past years. Even me, when I first moved to London, everyone wanted to live in Shoreditch. Then it became so expensive that people moved out and went to live in Hackney or Stoke Newington. But already these places are out of price and are for middle class people so everyone is moving out again.

“Right now it’s Peckham. They’ve got things going on there. There’s a roof garden’s bar. You can go and they’re playing music on the roof. Also the property is getting better, the cleaning up too”, she added. “But the minute they will start having a vegan shop…” she paused. “That’s how Hackney changed, like a smoothies shop here, and a salad shop over here, and it’s like “wow, now Hackney is trendy”. Also what will happen possibly, the rich young kids are moving into these places and making them trendy and expensive. They will all saturate, like Brixton or Hackney, and they’ll be “Oh it’s rubbish over here now” and then they will move to the next place.”

The choir

Kayo5

As you can see, Kayo is not the kind to complain about what is lost or what is changing. She’s moving on, always has a project in mind and will finalise it. She founded the London House Cats Choir. Everyone can go, no matter what is your singing level – even though you don’t have a singing level. The goal is to have fun most and foremost, enjoy yourself, and, why not, discover that you can actually sing. This is London’s first contemporary House Music choir. She embeds industry standard singing tuition into every weekly session. She gets the participants practicing Qi Gong, they sing 3-part harmonies in a House Music style and they sound great. She’s pushing you to surpass yourself, go beyond what you thought you could go, but always with that smile you can’t really resist,s so it sounds easy as mainly you’re taking pleasure to do it.

Where to find her work: www.kayocreations.com 
Where to sing with her:
At
The London House Cats Choir (Email: info@lhcc.gmail.com)

——

Quand vous rencontrez Kayo pour la première fois, la première chose que vous voyez, c’est son sourire. Elle sourit toujours. Ce n’est pas un hasard si je l’ai rencontrée par l’intermédiaire d’une amie commune lors d’une Vibrant Night dans cet endroit ‘’so cool’’ qu’on appelle Shoreditch. Elle mixait ce soir-là, une soulful house music teintée de rythmes africains. Tous ceux qui me connaissent vous le diront : la house music et moi ça ne fonctionne pas. Pourtant, son mix m’a plu. C’est un peu comme écouter les battements du cœur si vous voulez. Donc on danse, pas moyen de faire autrement, même pour quelqu’un d’aussi chiant que moi en ce qui concerne la musique.

Est-elle encore une autre DJ dans cette putain de scène underground londonienne ? Non. Déjà, il n’y a pas assez de femmes DJ pour pouvoir dire ça. En plus c’est une artiste complète – ce qui est assez différent de toutes ces filles qui s’auto-proclament « mannequin et DJ parfois et avec un blog où vous pouvez voir des photos de moi dans des vêtements trop décalés » et qui ne font que brancher leur iPod, ou encore ces types qui vous expliquent au détour d’une pinte dans un pub qu’ils sont « poètes et musiciens mais comme je sais bien faire les cocktails je suis barman ». Elle, c’est une vraie. Une artiste.

Peinture sur soie

Tout a commencé comme pour beaucoup à l’adolescence. Elle a découvert la peinture sur soie. Elle mélange les styles africains et asiatiques dans ses créations et le résultat est assez bluffant. « C’était pour m’exprimer, j’avais quelque chose en tête. Ça a commencé quand j’étais au lycée. J’ai tellement adoré ce moyen d’expression que quand j’ai fini le lycée, j’ai commandé le matériel pour moi. », confie-t-elle.

Kayo4

« Au début, j’étais concentrée sur le chant, puis ensuite le DJing. Un jour, une de mes amies australienne était à la maison et elle m’a dit ‘’Je ne te l’ai jamais dit, mais j’adore cette peinture. Où l’as-tu achetée ?’’ Et je lui ai répondu ‘’Je l’ai faite moi-même’’. Elle m’a dit avec son accent typiquement australien ‘’PUTAIN DE MERDE !’’. J’avais réalisée cette peinture à la mort de mon père. Elle m’a ensuite dit ‘’Continue à faire ça’’. Je n’ai pas compris vraiment ce qu’elle me conseillait, mais ensuite, une autre amie est venue à la maison, une semaine plus tard. C’était Hazel, une femme avec un fort caractère. Elle m’a parlé de ma peinture et elle m’a retourné le cerveau. Elle m’a sorti comme ça ‘’Donc tu n’as PAS le temps de t’y consacrer vraiment, à cause de quoi ?’’ Je lui ai répondu que j’avais ma musique et le reste, et elle m’a dit ‘’Mais tu n’es plus responsable musique, tu AS le temps maintenant !’’. »

La peinture a aussi été le médium qui l’a aidée à surmonter certains problèmes familiaux. « J’ai écouté cette forte personnalité et j’ai recommencé à peindre. Puis ma maman est tombée malade et j’ai utilisé la peinture comme une thérapie. Quand je revenais de l’hôpital, j’entrais dans quelque chose d’autre et je peignais toute la nuit. »

Londres

La musique et la peinture font partie intégrante de sa vie, mais plus exactement c’est l’art dans son ensemble qui l’anime. Etre londonienne n’est pas étranger à cela. « Londres, c’est un mélange culturel que tu ne trouves nulle part ailleurs dans le monde et j’ai beaucoup voyagé. Mais quand je reviens ici, c’est devant moi, et je suis pourtant allée à New York, à la Nouvelle-Orléans, Miami, etc. » Même avec la gentrification galopante qui dévore Londres chaque jour un peu plus, l’art est toujours très présent. « La gentrification, c’est quelque chose qui se produira toujours parce que les scènes changent, les jeunes changent. Parfois, il y a un certain respect pour les immeubles anciens qui racontent une histoire, mais soyons honnêtes, en général, non », explique-t-elle.

« Actuellement, on est les témoins du changement de Londres dans toute chose, que ça vous plaise ou non. La gentrification ne s’arrêtera pas. Hackney ne ressemble plus à ce que c’était. Dans un sens, c’est une bonne chose, parce que Hackney craignait vraiment à un moment. Si Londres reste la même, elle s’effondre. Si vous y pensez, si vous étiez à Londres dans les années 70 et que vous aviez vu tous les changements faits alors, vous auriez réagi de la même façon. Notting Hill et tous ces quartiers du même genre étaient tellement en décrépitude puis ça a commencé à changer. Les choses changent, on est juste témoin de ça. »

Kayo6

En réalité, Londres est comme elle, toujours en mouvement. « Les artistes partiront et la vibe partira aussi, mais immédiatement il y aura un autre endroit avec cette vibe parce que les gens ne peuvent plus se permettre de vivre là où ils étaient. La vibe va simplement suivre les artistes. C’est très difficile d’être artiste et de vivre à Londres. C’est pour cela que vous avez besoin d’un travail – comme moi. L’Angleterre n’est pas un endroit où l’art est reconnu. Ce n’est pas comme en Allemagne où on vous paye pour faire votre art – et bien. Ici, c’est plus difficile. La créativité est toujours une lutte. »

Une vision assez juste des choses quand vous regardez ce qu’il s’est passé à Londres ne serait-ce que ces cinq dernières années. Quand j’ai emménagé dans cette ville, tout le monde ne jurait que par Shoreditch. Puis les loyers sont devenus trop chers et le nouveau quartier où il fallait être vu était Hackney ou Stoke Newington. Ces lieux commencent aujourd’hui à être trop chers pour la classe moyenne et tout le monde se met à nouveau en mouvement à la recherche du nouveau coin avec des bars ‘’authentiques’’ et surtout des loyers abordables.

« En ce moment, c’est Peckham. Il se passe des trucs là-bas. Il y a un bar avec un roof garden qui fait de plus en plus parler de lui. Ils y jouent de la musique sur le toit. Le quartier devient beaucoup plus viable, il s’améliore, il est plus propre », détaille-t-elle. « Mais à la minute où on va commencer à y voir des magasins végétariens… », elle fait une pause. « C’est comme ça que Hackney a changé, il y a eu des trucs de smoothies ici, et un magasin de salades là, et tout a été ‘’wow’’. Ce qui peut aussi se passer, c’est que les gosses riches vont emménager dans ces endroits et les rendre à la mode et chère. Ça va saturer, comme Brixton ou Hackney, et ils se diront ‘’Oh, cet endroit pue’’ et ils iront ailleurs. »

La chorale

Comme vous le voyez, Kayo n’est pas du genre à se plaindre sur ce qui est perdu ou change. Elle va de l’avant, a toujours un projet en tête et le concrétise. Elle a fondé la London House Cats Choir. C’est la première chorale contemporaine de house music. Tout le monde est le bienvenu, quel que soit votre niveau de chant – même si vous n’avez aucun niveau du tout. Le but est avant tout de prendre du plaisir et de s’amuser. Et pourquoi pas vous découvrir une aptitude au chant. Elle apprend aux participants le Qi Gong et ils chantent des harmonies en 3 parties. Elle vous pousse à vous surpasser, aller au-delà de ce que vous pensiez pouvoir atteindre, et toujours avec ce sourire auquel on a du mal à dire non.

Où trouver son travail: www.kayocreations.com 
Où chanter avec elle: At The London House Cats Choir (Email: info@lhcc.gmail.com)

Advertisements

One thought on “Artists in London: Kayo Anosike – East London

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s